Baromètre de l’immobilier – Novembre 2014 – L’état du marché locatif rattrape la morosité du marché « achat/vente » au Maroc

baro_nov (2)Ce mois le baromètre Mubawab analyse précisément les sept plus grandes villes du Maroc avec plus de 50.000 habitants.

Pour l’ensemble du royaume, les prix de l’immobilier ancien affichent une remontée de  +3,2 % sur les trois derniers mois, mais le marché immobilier continue d’enregistrer  une baisse graduelle et lente des prix moyens au m² sur différentes villes marocaines.

Au mois de novembre, les prix ont continué de reculer à Casablanca (-0.9%), Agadir (-2.8%), Marrakech (-0.8%) avec une faible baisse à Fès (-0.02%). Contrairement, à Rabat (+3.3%) Tanger (+1.2%) Oujda (+3.8%) qui ont vu leur mètre carré augmenter par rapport au mois dernier.

La location, un marché en plein essor

Le marché immobilier n’est pas pour autant à l’arrêt au Maroc, étant donné que le secteur de la location se porte bien au moment où l’état des ventes reste instable et très inquiétant. Le prix du m2 moyen d’un appartement à louer est de 86 dhs contre 71 dhs le mois dernier (tous types d’appartement confondus).

Évidemment, le prix moyen par mètre carré a augmenté  sur presque toutes les villes, sauf Marrakech, la seule grande ville où il a reculé de manière très faible.

tab1

La baisse des prix a fait relancer la demande dans certains arrondissements de Casablanca

Dans la capitale économique, les demandes à la location comme à la vente sont presque égales (49% contre 51% respectivement) mais restent variantes sur les différents arrondissements de la ville.

CAsa - Copie (2)

CAsa_vente- Copie (2)

Les bonnes affaires : arrondissements de Casablanca où les prix sont en baisse

À Casablanca, vous pouvez investir dans les arrondissements en baisse. La plus forte chute a été enregistrée dans l’arrondissement de Sidi Belyout. Sur la deuxième marche on trouve l’arrondissement d’Anfa, qui  reste néanmoins l’un des plus chers de la capitale avec un prix moyen au mètre carré qui s’élève à 18.341 dh/m².

tab2

tab3

Au-delà de ces aspects conjoncturels,  le secteur immobilier au Maroc trouvera une certaine fluidité dans les prochains mois, grâce à la préférence et à la confiance accordées aux acteurs du marché et surtout les spécialistes des matériaux de construction. Les promoteurs immobiliers et les industriels des matériaux de construction marocains ont décidé enfin d’unir leurs forces afin de donner un coup d’accélérateur à ce secteur.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *