Un marché immobilier idéal, mythe ou réalité ?

Un marché immobilier idéal, mythe ou réalité ?

Avant d’expliquer ce qu’est un marché immobilier idéal, définissons d’abord le terme marché immobilier.

Un marché immobilier est une place de transactions immobilières de gré à gré où des propriétaires vendeurs et des acheteurs potentiels échangent des biens immobiliers contre de l’argent.

C’est aussi un ensemble d’activités commerciales et non commerciales agissant sur les actifs immobiliers.

 

Mais qui régit ce marché ?

La loi de l’offre et la demande est le principal dirigeant sur le marché immobilier, c’est cette loi qui fixe les prix des actifs immobiliers dans le cadre d’un marché libre.

 

Un marché immobilier Marocain

Le Maroc prend la position du 8ème pays émergent le moins risqué pour un investissement immobilier

Mais alors, qu’est-ce qui manque pour en faire un marché idéal ?

 

Le meilleur scénario d’un marché immobilier marocain idéal

Pour une meilleure structuration du marché immobilier marocain, chaque partie prenante doit améliorer son intervention, à savoir les agents immobiliers, les promoteurs et les particuliers.

 

  • Les agents immobiliers: L’agent immobilier doit améliorer son travail de conseil et d’accompagnement auprès des potentiels acheteurs et vendeurs pour accélérer le processus d’achat.
  • Les promoteurs immobiliers: Comme nous l’avons mentionné dans un précédent article, les projets immobiliers neufs comportent plusieurs défauts comme le retard de livraison, le retard de réception des titres fonciers et permis d’habiter, mais également le non respect du cahier de charges.
  • Les charges supplémentaires qui s’ajoutent au frais de l’achat ou de la location.
  • L’ignorance des particuliers des bases d’un marché immobilier idéal

 

Un marché immobilier idéal est aussi un marché de transparence, sur plusieurs volets :

 

  • les promoteurs immobiliers doivent s’aligner au prix réels du marché immobilier, pour une meilleure concurrence et pour régir la loi de l’offre et la demande.
  • Profils bancaires flexibles: les banques doivent devenir plus flexibles et offrir de nouveaux produits pour encourager l’accès aux prêts immobiliers.
  • L’offre fiscale qui englobe les frais de notaires, la TPI mais aussi les frais d’enregistrement du bien immobilier.
  • Le baromètre immobilier, qui doit être à la portée de tous les intervenants du marché immobilier, nous vous invitons par la même occasion à lire nos différents articles sur le sujet en question sur notre blog.
  • Transparence du barème de la TPI, qui est fixé à 20% .

 

Bon à savoir :

Notons que malgré tous les efforts déployés pour améliorer la situation de l’immobilier au Maroc, ce dernier souffre d’une véritable absence de visibilité conjuguée à une persistance de contraintes relatives aux problématiques liées au foncier, le financement et la fiscalité, qui plombent le secteur. 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *