Mon prêt immobilier refusé : que faire ?

Vous estimez que vous avez présenté un dossier complet et convaincant, mais il a été rejeté par l’établissement bancaire ? Plusieurs raisons peuvent être derrière ce refus et il y a peut-être des choses à revoir, que ne vous invitons à retrouver dans cet article !

Ces conseils pourraient aussi vous aider si vous n’avez pas encore monté votre dossier afin d’anticiper les éléments à mettre en avant. 

Même si la banque n’a pas à justifier un refus de prêt, renseignez-vous pour savoir quels aspects du dossier ont été bloquants. Est-ce le taux d’endettement ? Le niveau d’apport ? Un découvert bancaire ? Cette étape est importante puisque toutes les banques n’ont pas les mêmes critères d’attribution.

Le découvert est un critère que certaines banques ne prennent pas en compte et se basent sur les autres données sur le profil du futur emprunteur, tandis que d’autres si. 

Le taux d’endettement qui ne dit pas dépasser généralement les 45%, le niveau d’épargne, le reste à vivre après crédit immobilier, le niveau d’apport, la stabilité professionnelle ou encore la santé de l’emprunteur… Dans d’autres cas, le taux d’usure peut exclure certains profils (les emprunteurs ayant des risques de santé par exemple).

La stabilité professionnelle est un élément clé pour souscrire un prêt immobilier. La banque se basera en effet sur vos revenus pour établir votre capacité d’emprunt en fonction d’un seuil qu’elle ne peut pas forcément dépasser : 45% de vos revenus. Mais elle ne s’arrête pas à votre taux d’endettement ou au montant de votre salaire.

Ce qui intéresse aussi le banquier est votre type de contrat de travail. Êtes-vous en CDI ?  Êtes-vous ancien dans l’entreprise ? Votre période d’essai est-elle validée ? Autant de questions qui rassureront ou non le banquier qui évalue le taux d’intérêt et l’octroi du crédit immobilier en fonction du facteur risque. Si vous exercez une activité professionnelle à votre compte ou que vous êtes en CDD, vous devrez démontrer votre stabilité depuis au moins deux ans. Mais si vous êtes dans cette situation, obtenir un prêt peut être plus compliqué, surtout si vous empruntez seul.

Le niveau d’apport ou la durée du crédit immobilier, si certaines banques acceptent les financements sans apport, également appelés crédits à 110%, certaines exigent un apport de 10% à 20% minimum du coût de l’acquisition. Somme qui permettra de couvrir les frais liés à l’achat, notamment les frais de notaire.

Des solutions en cas de refus de prêt

  1. Revoir votre dossier de demande de prêt et assainir vos comptes en soldant vos crédits en cours par exemple
  2. Soumissionner à d’autres banques
  3. Contacter un courtier immobilier (en ligne ou en agence) pour vous aider, comme meilleurcreditimmo.ma
  4. Faire jouer la concurrence pour votre assurance emprunteur (les courtiers ou les comparateurs en ligne peuvent également vous accompagner dans cette démarche)

C’est souvent les mêmes procédures pour chaque organisme bancaire. Une fois les motifs de refus connus, il est possible de revoir votre dossier afin de le représenter dans de meilleures conditions. Pour cela, vous pouvez essayer de trouver de nouveaux financements ou un nouvel apport personnel ou encore d’allonger la durée du remboursement. Cela ne signifie pas que votre banque va forcément vous donner un prêt, mais vous aurez mis toutes les chances de votre côté.

Mubawab est ravi de vous accompagner dans vos projets de vie ! 

N’hésitez pas à nous laisser vos commentaires / suggestion

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *