Logements sociaux

Lors de sa visite aux Émirats arabes unis à l’occasion de la 2ème édition du Salon Morocco Property Expo, Nabil Benabdellah, ministre de l’habitat, de l’urbanisme et de la politique de la ville a déclaré, à la chaine de télévision Al Arabiya, que « le Maroc a encore besoin de 800 000 logements sociaux » en indiquant que le Maroc a investit plus de 8,3 milliards de dollars, de 2004 jusqu’à aujourd’hui.

nabil_benabdallah_smap_expo-300x224


Le ministre avait signalé dans un entretien mené par le journal hebdomadaire  Le Matin  que son objectif est d’atteindre le plafond de 170.000 unités par an. Pour ce fait, le ministère de l’habitat a fixé plusieurs stratégies et politiques afin de favoriser cet objectif, à noter la négociation entamée avec les promoteurs immobiliers privés, l’encouragement des jeunes à accéder à la propriété et l’exonération dont bénéficient les promoteurs immobiliers jusqu’au 30 décembre 2020.
Par ailleurs, l’organisation de ce Salon pour la première fois aux Émirats Arabes Unis et dans la région du Golfe a pour ambitions de proposer particulièrement aux Marocains vivant dans ce pays une offre immobilière plus diversifiée et plus attractive du marché marocain et d’établir des partenariats avec les professionnels de l’immobilier marocains et émiratis en vue de réaliser des projets de grande envergure dans les deux pays, a indiqué Nabil Benabdellah à la MAP.

1 réponse
  1. Abdel
    Abdel dit :

    Bonjour,
    Il est très claire qu’il y a un véritable besoin de logements au Maroc surtout dans les grandes villes qui accueillent chaque année des centaines voire des milliers de personnes.
    heureusement (et lhamdolillh) que le gouvernement à vraiment penser à nous les citoyens cette fois ci, en lançant des grands projets de logements sociaux et autres partout dans le royaume, mais à mon avis, dans l’absence de la bonne gestion et contrôle des produits que nos cher promoteurs présentent sur le marché, c’est loin d’être suffisant et convenable au point de vu surface (52m2), qualité de construction et même le prix (250.000MAD sachant que le taux de bénéfice des promoteurs atteint 150%).
    Alors si, le ministère de l’habitat ne trouve toujours pas des solutions pour intervenir, les logements sociaux économiques risque d’aggravé la situation plutôt que de la redressée.
    Merci !

Les commentaires sont fermés.