Baromètre Mubawab Février 2017- « Stabilisation des prix de l’immobilier : les prémices d’une reprise ? »


sube-precio-vivienda

La reprise tant espérée dans le secteur de l’immobilier en est aujourd’hui à ses balbutiements. Par rapport à Janvier, la baisse globale s’est atténuée malgré le fait que certaines villes comme Agadir ou Rabat peinent à rehausser leur prix du mètre carré à la vente. Marrakech et Tanger semblent toujours épargnés par la crise immobilière profitant toujours pour la ville rouge de sa notoriété apportée par la COP 22 et pour la ville portuaire de son attractivité pour les investissements industriels et du souhait de la part du pays d’en faire l’un des carrefours les plus importants dans le secteur de la logistique et du transport.

Par ailleurs, la baisse de prix se stabilise au taux de 5% pour le prix moyen du mètre carré pour l’ensemble du royaume et reste plus ou moins constante par rapport au mois de Janvier. Cette poursuite de stabilisation du prix global semble peut-être marquer la fin d’une crise qui dure depuis plusieurs années. Néanmoins, il ne faudrait pas crier victoire trop tôt puisque qu’il faut attendre l’été pour pouvoir être fixé sur la santé du secteur immobilier sachant qu’il s’agit de la période la plus fructueuse pour les promoteurs.

En ce deuxième mois de l’année, plusieurs éléments viennent conforter l’idée que la reprise dans l’immobilier pourra se faire assez rapidement avec l’intention d’achat de la demande qui est à un taux record de 76%, l’un des plus hauts enregistrés ces dernières années. De plus, Bank Al Maghrib a annoncé la mise en place de trois nouveaux produits de crédit : Mourabaha, Ijara et Moucharaka. Ces nouvelles sources de financement pour les potentiels propriétaires ont pour but principal de stimuler les investissements en minimisant le rôle de l’organisme de crédit dans le cadre d’un investissement participatif.

L’ensemble de ces facteurs  enclencheront donc peut-être le pas de la relance du secteur de l’immobilier.

  • Casablanca : La capitale économique du royaume pendant le premier trimestre de l’année demeure stable avec une très légère hausse du prix moyen d’appartements à la vente de 0,23%. La variation annuelle quant à elle est de -4,12% et se réduit comparée à celle du mois précédant. Le prix moyen au mètre carré en Février passe donc de 17107 Dhs à 16 402 Dhs. Il en est de même pour le quartier populaire de Sidi Othmane qui connait la plus grande chute de prix (8,34%) par rapport à Janvier. Le prix des autres quartiers comme Maarif, Sidi Bernoussi ou Hay Mohammadi baisse également mais d’une façon plus atténué. Le quartier périphérique casablancais Sidi Maarouf enregistre sa plus grande baisse annuelle de prix au mètre carré à hauteur de 52% ! Le quartier le plus huppé et prisé de Casablanca, Ain Diab, affiche une baisse 6% par rapport à 2016.
  • Rabat : Pour la première ville du Maroc, la croissance continue toujours avec une variation mensuelle positive de 3,30% pour un prix du mètre moyen à 15202 Dhs. En revanche, comparé à l’année 2016, la baisse persiste toujours avec -9,14% baisse qui se réduit également. Elle reste toujours l’une des villes avec Agadir qui a connu la plus grande baisse de son prix au mètre carré au dernier trimestre de 2016. La tendance est relativement différente pour la plupart des quartiers dont le prix se stabilise comme pour l’Agdal (0,34%) mais aussi le quartier Hassan (0,19%). Le quartier chic de Riad enregistre une très légère hausse depuis le début de l’année avec un prix à la vente à 19830 Dhs et qui croît de 2,25%. En ce qui concerne la baisse annuelle par quartier, elle s’attenue avec une exception pour le quartier de L’Ocean ou sur une année le prix a augmenté de presque un tiers (+32,58%).

 

  • Marrakech : La ville ocre surfe toujours sur la notoriété dont elle a bénéficier à la COP 22. Depuis le dernier trimestre de l’année dernière, Marrakech conserve toujours sa deuxième place de ville la plus chère au Maroc. Le prix au mètre carré se stabilise depuis Janvier enregistrant une très légère baisse de 0,28% par rapport à Janvier pour une valeur moyenne de 15588 Dhs. La variation annuelle pour la plupart des quartiers reste toujours positive avec en particulier le Quartier Mhamid qui continue son ascension pour atteindre un sommet à 54,3% pour son prix au mètre carré. Les autres quartiers très prisés comme celui de Majorelle et Guéliz affiche une progression autour des 2% mensuellement pour des prix respectivement à 17004 Dhs et 15180 Dhs. Le seul quartier qui fait faux-pas à cette croissance des prix sur la période 2016-2017 est celui d’Amelkis avec une chute de presque 32% pour un prix au mètre carré à la vente à 11 381.

 

  • Tanger : La ville méditerranéenne possède une variation annuelle qui s’est atténuée par rapport à celle de Janvier (6%) et pour un prix moyen au mètre carré à 12225 Dhs. Tous les quartiers connaissent une baisse du prix mensuellement avec en particulier le quartier de Mghogha qui diminue à hauteur de 4,18% pour un mètre carré qui se négocie à la vente à 6776 Dhs en Février. En revanche, le quartier de Achakar voit son prix croitre de 13% en un mois et de 6,34% par rapport à 2016 pour une valeur de 16465. La tendance est inversé pour les autres zones tangéroise qui sont en légère baisse par rapport à Février à l’image des quartiers de Malabata et le Centre dont le prix au mètre carré à la vente fléchit de 4,18% pour l’un (15820 Dhs) et de 2,57% pour l’autre (12198 Dhs).

 

  • Agadir : La ville côtière n’a toujours pas inversé la tendance de la dépréciation du prix de l’immobilier depuis Décembre 2016 et qui a chuté de 7,36% en un an passant de 13715 Dhs à 10846 Dhs. Seuls deux quartiers sont épargnés : Hay Mohammadi (+8,61%) et Hay Dakhla (+3,24%) avec des variations mensuelles les plus hautes de la station balnéaire. Pour les autres quartiers, le prix au mètre carré baisse relativement. Haunt Founty est le quartier dont la diminution du prix au mètre carré est la plus importante avec -12,44% sur un mois pour un prix affichant 10428 Dhs et la variation continue sa chute à environ 48% sur un an. Hay Houda subit le même sort avec le prix du mètre carré qui a dégringolé de 21,07% depuis 1 an

 

  • Fès : De la même façon que l’ensemble des principales villes du pays, la ville historique du royaume connait toujours une baisse avec -3,28% mensuellement. L’écart continue de se creuser par rapport à l’année dernière avec une chute à -4,09%. La fluctuation du prix au mètre carré est assez contrastée entre les différents quartiers. En effet, le Centre ville connait par exemple une croissance de 4,3% pour un prix qui se négocie à 6452 Dhs. La hausse est beaucoup plus atténuée pour le quartier de Saâda qui est de 1,36%. Malgré une montée fulgurante du prix à la vente du mètre carré pour le quartier de Bensouda (+20,8%) sur un an, ce dernier enregistre une baisse de 4,41%.
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>