Baromètre Janvier 2017 – « L’immobilier en 2017 repart timidement, mais sur des prix inférieurs à l’année dernière »

Il se dit dans le petit monde des professionnels de l’immobilier, que 2017 sera la dernière année « compliquée » du secteur, et qu’en fin d’année les transactions reprendront, et avec elles, les prix de l’immobilier partout au Maroc. 2016 a en effet était marqué par une tendance à la baisse sur tout le royaume des prix de l’immobilier, à l’exception de Tanger, grâce à la forte impulsion économique tout au long de l’année, ainsi que Marrakech, qui a littéralement été dynamisée en fin d’année grâce à la COP 22. Quoiqu’il en soit, si l’on compare Janvier 2017 à Janvier 2016, la baisse de prix est bien présente. Nous sommes à -5,2% globalement sur les prix moyen au mètre carré des appartements partout au Maroc, et cette chute est marquée dans la plupart des villes. Tout amène à croire que les prix continueront de baisser dans la première partie de l’année, à quelques exceptions près, nommément Tanger et Marrakech de nouveau grâce à leur croissance stable sur ces derniers mois.

Ce premier mois de 2017, marque néanmoins, une certaine stabilité, voir un certain regain avec de légère croissance sur certaines villes, et laisse peut être présager une reprise plus rapide que prévue. D’autant plus que les « beaux » mois de l’immobilier restent à venir, en effet, Janvier et Février n’ont jamais été les meilleurs mois des professionnels de l’immobilier ; ce sont plutôt Mars, Avril et Mai avec les beaux jours qui sont plus propices aux visites et aux ventes dans ce secteur. Espérons donc que cette première tendance timide de 2017 marque le début de la croissance tant espéré et attendue du secteur.

 

 

  • Casablanca : Sur la capitale économique, les prix restent globalement stables, avec +0,27% comparé au mois dernier. Néanmoins, en comparaison avec de janvier 2016, il y a une baisse du prix du mètre carré des appartements de 6%. Le mètre carré à Casablanca affiche ainsi 16.364 Dhs, alors qu’il était à 17.348 Dhs en Janvier 2016. Si certains quartiers à forte demande, comme le Maârif sont restés stables (+ 1% de croissance en 1 an), d’autres quartiers plus populaires ont vu leurs prix plus largement chuter sur ces 12 dernier mois ; à l’image de Sidi Moumen (-10,68%) ou Hay Mohammadi (-9,55%). Le quartier le plus cher du Maroc, Ain Diab, n’a pas non plus été épargné : le prix du mètre carré est à présent à 22.377 Dhs, alors qu’on en demandait 23.457 Dhs l’année dernière (-5%).
  • Rabat : La capitale du Maroc commence l’année sur une note de croissance comparée à la clôture de 2016, avec +1,76% sur le prix du mètre carré de ses appartements en affichant 14.717 Dhs. Néanmoins, en comparaison avec Janvier 2016, c’est une des villes qui a connu la chute la plus importante, avec -13,34% sur le prix de ses appartements. En effet, à la même époque l’année dernière, le mètre carré étaient estimé à 16.982 Dhs ! Cette chute est contrasté entre quartiers, ainsi, Riad, le quartier le plus cher de la ville, a vu ses prix quasiment inchangé sur les 12 derniers mois avec 19.394 Dhs pour le prix moyen au mètre carré de ses appartements en Janvier. Par contre, le quartier prisé de l’Agdal par exemple, a perdu 9% en un an, en affichant aujourd’hui 16.638 Dhs au mètre carré.
  • Marrakech : Marrakech connaît en Janvier 2017 un nouveau mois de stabilité des prix de ses appartements, avec une croissance de 1% par rapport au mois dernier, situant le prix du mètre carré à 15.632 Dhs, soit la deuxième ville la plus chère du Maroc. C’est aussi une belle évolution comparée à l’année dernière, avec une progression de 14,43% globalement sur le prix du mètre carré. Cette amélioration s’est vue autant sur les quartiers  populaires, comme Mhamid qui a gagné 36% sur les derniers 12 mois ; que sur les quartiers prisés de la ville rose comme Guéliz (+6,08%), Majorelle (22,73%) ou Agdal (27,77%). Seul Amelkis, dont les nombreux projets neufs de luxe se sont un peu essoufflés, a connu un léger recul sur le prix au mètre carré de ses appartements, se situant à -12% sur les derniers 12 mois.
  • Tanger: Tanger est la référence 2016 quand à la croissance des prix de l’immobilier, et commence l’année 2017 de même manière avec +2,88% sur le prix de ses appartements comparés au mois dernier, affichant ainsi en Janvier 12.324 Dhs au mètre carré. Sur les 12 derniers mois, Tanger a connu une croissance de 13,44% sur le prix de ses appartements ! La quasi totalité des quartiers ont profité de cette embellie, du prisé Malabata qui a vu ses prix au mètre carré grimpé de 14,72% en un an pour afficher à présent 16.510Dhs au mètre carré ; au plus populaire Mghogha qui a connu une croissance de plus de 25% sur les 12 derniers mois et affiche maintenant7.132 Dhs au mètre carré ! Seul le quartier D’Achakar, derrière Cap Spartel, a vu ses prix chuté de 7,79% sur ces 12 derniers mois.
  • Agadir: Agadir est une des ville au Maroc que 2016 a le plus pénalisé sur les prix de l’immobilier. Ce premier mois de 2017 n’est pas spécialement de bon augure non plus. En effet, les prix au mètre carré des appartements de la ville balnéaire ont perdu 5,44% en Janvier face à Décembre 2016, pour afficher 11.708 Dhs. Ce sont aussi des prix 12,22% inférieurs à Janvier 2016 ou l’on était à 13.338 Dhs au mètre carré. Sur les 12 derniers mois, seuls Hay Dakhla ou Talbjort ont su garder un prix stalbe. Néanmoins, des quartiers ont très largement perdu sur les 12 derniers mois, comme le Haut Founty qui a chuté de presque 40% sur le prix moyen de ses appartements, Hay Houda -16,88% ou Hay Essalam qui affiche des prix -10,64% comparé à l’année dernière.
  • Fès: Fés est une grande ville du Royaume ou l’activité immobilière est plutôt morose sur les dernières années. Le premier mois de 2017 ne fait pas exception à la règle ; en effet Fès voit les prix moyen du mètre carré de ses appartements reculé de 3,25% comparé au mois dernier. Néanmoins, si l’on fait l’analyse sur 12 mois, on peut voir que les écarts ne sont pas trop importants. En effet, le recul n’est que de 1,93% comparé à Janvier de l’année dernière. L’analyse par quartier nous révèle des disparités plus importantes. En effet, les quartiers de Bensouda ou de Saâda ont vu leurs prix grimpés de 25% chacun environ sur ces 12 derniers mois. Cependant, le centre ville et le quartier de Narjiss ont connu une baisse de plus de 7% chacun sur la même période.

           

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *